Mon 86andCo à moi.

Publié le par brulé

sous titre: Ma non-demande en mariage chez Passions et Gourmandises...

Pour faire comme LO (parce que LO est un exemple pour nous tous), nous nous sommes rendus, ma « gonzesse » et moi (ça lui fera plaisir…) à la table la plus renommée du département et désormais l’unique endroit où l’on peut dîner, à savoir Passions et Gourmandises. Moi je ne me déplace jamais avec mon appareil photo, donc vous n’aurez aucune image mais vous savez, quand les images s’effacent les souvenirs restent, eux… et puis c’est vrai que mon appareil numérique est un peu encombrant, du style téléphone portable des années 80 ( ça existait déjà ? j’en sais rien, mais bon bref…).  Du coup, je m’étais mis sur mon 31 pour l’occasion mais en faisant bien attention de laisser ma chemise en dehors du pantalon parce que, bon, j’ai pas encore 30 ans alors faut pas déconner quand même. Ma petite femme (qui ne l’est pas à proprement parler parce que je n’aime pas les mariages, mais bon c’est pas le sujet) avait, elle aussi assortie ses sandales à son chemisier ainsi qu’à sa magnifique chevelure qu’elle avait « brochée » (et non pas Brochet) pour l’occasion. Bref nous étions splendides (quoi, t’es pas d’accord ?). C’est donc après avoir garé la Jaguar sur le parking en cailloutis blancs et avoir remis les clés au Parkingueur  (si si, ça existe !) en lui précisant « Hé, fais gaffe à la peinture, elle est neuve ! » que nous entrons dans les lieux.

Le cadre est smooth tout en étant so fresh. La moquette, épaisse comme du papier à très très grosse  cigarette me donne une impression de moelleux et permet du coup aux semelles de mes Weston (que j’avais ciré pour l’occase) de ne pas trop s’abîmer. Nous sommes conduits à une table ronde (comme LO !) pour deux personnes qui aurait d’ailleurs pu en accueillir au moins quatre. Mais en fait c’est fait exprès pour que le personnel puisse nous causer et qu’on puisse disposer sur la table tout un tas de petites choses amusantes, comme des éprouvettes suspendues à des tiges en acier (ou en fonte, je sais plus trop j’était déjà…), des petites bougies ou encore tout plein de « mises en bouche » dont je n’avais pas vraiment saisit le sens car la « mise en bouche » prend, en d’autres lieux, à d’autres heures et dans d’autres circonstances une autre tournure, croyez moi… mais ça n’a rien à voir avec ce qui nous concerne.

Arrive la « pré-entrée », dont Guillaume (Mr Le Directeur) m’a précisé ce matin qu’il s’agissait là encore d’une « mise en bouche ». Il a décidément l’esprit mal placé Mr Le Directeur… Bref, nous causons de choses et autres avec la sommelière, puis avec Mme la Directrice (qui n’a rien voir avec Mr le Directeur… enfin si parce que c’est son mari mais… pas le même). L’entrée, la vrai cette fois est curieusement accompagnée d’une sorte de tampon dont l’érection au contact de l’eau doit laisser rêveur le public féminin : C’est une serviette !! Non, pas celle que vous croyez, une serviette pour s’essuyer les mains pardis !!! Poursuivons. L’écran devant nous (comme l’avait raconté LO !) diffuse le Peuple migrateur, ce qui nous permet d’en savoir plus sur l’accouplement des manchots. Pas facile pour un manchot de s’accoupler quand madame dédaigne s’allonger sur le ventre, car la banquise ça glisse !!! Là, je sens qu’on s’éloigne du sujet. Nous poursuivons donc cette agréable soirée sur fond de musique variée : nous passons du Jazz (j’aime bien le Jazz) à l’électro, puis au Rock n’Roll, bref très éclectique ce DJ !!

La soirée s’achèvera dans le romantisme d’une coupe de Champagne dont les bulles reflétaient la fine lumière du lustre qui nous surplombait. Ma « femme » chercha la bague durant toute la soirée (dans le fois gras, dans les langoustines, sous les fleurs…) mais rien. Pas une demande en mariage à l’horizon… Faut pas déconner !

 

Post-scriptum : Que Mme Toix me pardonne pour compte rendu un peu spécial. Bien évidemment, le repas était sans fautes et je remercie infiniment la sommelière Laetitia Gautron pour sa gentillesse et Mme Toix pour son accueil. Courez-y tous !!!

Post-scriptum 2 : LO, pardonne moi pour cette version « à moi » du 86andco. Tu auras saisit le ton de cette article avec toute la subtilité qui est la tienne. 

 

 

 

Publié dans lefruit.defendu

Commenter cet article

Lo 19/08/2008 20:38

Ce que tu ne sais pas, c'est que, en fait d'écrans, ce sont des caméras qui sont cachées. Du coup, Laure (Toix), Mme la Directrice donc, m'aura mis de côté la bande de cette non-demande en mariage afin que je vérifie si tu étais bien sur ton 31... La chemise qui sort du pantalon, il faut que je vois ça ! :)

Ben 19/08/2008 13:53

Hilarant!