il est sympa didier..

Publié le par brulé

En ces temps de crise, puisque dans 6 mois nous serons tous réduits à manger des racines et à boire l’eau des puits, prenons un peu de bon temps et claquons tout notre argent avant que la misère, puis la mort vienne nous chercher. Comme il existe encore quelques endroits sympathiques où il fait bon flâner, s’asseoir, causer et qu’il existe encore quelques fous pour tenter de créer un commerce de qualité en ville (et des banques prêtes à les financer !!), j’ai décidé de rendre hommage à Didier.

Dider, il prépare des sushi. Oui des sushi, mais des sushi « pas comme au Japon » (expression que certains comprendront  et d’autres pas) d’où l’intérêt. Du riz et du poisson, oui mais du bon ! Didier, il élève lui même ses poissons, dans son jardin ou il a creusé lui même un bassin pour y faire pousser des saumons, des thons (ça prend de la place un thon...) et autres dorades. Tous les matins il pêche dans son étang les quelques poissons qui lui servirons à préparer les petites lamelles qu’il aura découpé de différentes manières (et dans des sens différents !) selon qu’il élabore sushi,  makis ou sashimi. Il est sympa Didier, hier soir il avait complètement oublié ma commande pour moi et ma femme, du coup il m’a offert les makis. Didier il songe sérieusement à s’acheter une paire de gants parce que sous les halles Notre Dame, l’hiver ça caille. Bein oui, Didier il est comme tout le monde, il a froid aux mains. Quand on est plusieurs à avoir faim de sushi, Didier il nous prépare de grands plateaux rond avec un bocal au centre pour y mettre la sauce. Bein oui, parce que les sushi se mangent avec de la sauce et puis du Wasabi (une sauce verte qui pique). Il faut pas trop en mettre du Wasabi sinon ça monte au nez, un peu comme de la moutarde…

Il est sympa Didier, cet hiver il va installer des tables hautes devant son stand comme ça on pourra aller manger sur place et boire des canons de blanc en même temps. Bein oui, parce que les sushi ça s’accompagne de vin blanc et en particulier du Riesling 2006 (ou 2005 si y’a plus de 2006) de Patrick Meyer : Un Alsace que n’aiment pas les alsaciens mais que les japonais, eux, ils aiment bien et moi aussi. Didier, depuis quelques temps a découvert les vins bizarres que l’on vend ici et il trouve ça plutôt étonnant. Je me souviens d’une « dégustation » du vin jaune 1999 de Michel Gahier qui l’avait particulièrement mis sur le c… un soir de fermeture définitive du Nardo’s Bouchon.

Didier, il m’a fait dégusté tous ses Saké et il faut bien dire que le dernier était particulièrement bon (me demandez pas le nom, j’y connais rien au Saké), des arômes de vin blanc légèrement muscaté et une bouche d’une belle suavité. Hier soir Didier il voulait encore me faire goûter du Saké mais j’avais déjà pris l’apéro…

Il est sympa Didier.

 

Pour aller chez Didier : Moshi Moshi : Halles Notre Dame, ouvert du mardi au samedi jusqu’à 20h. tel : 06 28 70 70 68.

 

 

Publié dans lefruit.defendu

Commenter cet article

Kritictou 13/10/2008 09:42

Comment i fait Didier quand ça mord pas ?

des choses 12/10/2008 23:11

"Tous les matins il pêche dans son étang les quelques poissons qui lui servirons à préparer les petites lamelles qu’il aura découpé de différentes manières" Il est fort Didier pour élever du saumon et du thon dans un étang !

FraisDeJet 12/10/2008 22:52

Le temps que l'information arrive au cerveau et je débarque. Tu par les de Didier, un commerçant sympa, mais cela élude ton introduction essentielle sur ce que beaucoup d'entre nous recherchent :"flâner, s'asseoir, causer"...."qqlques fous pour tenter de créer un commerce de qualité". Nous tous qui venons vous voir,  les commerçants de qualité, c'est ce dont nous avons besoin, envie...alors je vous souhaite longue vie et prospérité.

Kritictou 12/10/2008 22:36

@Ben : L'homme apporte des dimensions artistiques et culturelles en toute chose. Malgré tout, au bout du bout, du riz reste du riz.J'apprécie la façon dont on peut sublimer certaines choses (savoir faire, raffinement,...) et n'en reste pas moins lucide sur leurs aspects ordinaires et dérisoires.Je reste preneur d'une dégustation de sushis avec les vins dont vous faîtes l'éloge. Pourquoi pas lorsque Didier aura installé tables et chaises (opération en cours). Si tout se passe bien pour lui, nul doute que cela suscitera des envies, voire des jalousies aux alentours. Cela peut-il faire des émules puisque qu'il y a d'autres commerces qui se prêtent à la dégustation. "Brin de chèvre et le fromage du même nom dans toutes ses déclinaisons, cela doit être un régal. Philippe Chauvet franchirait-il le pas ????En attendant de goûter ces nectars, je me console avec un "Fin bois" 1972 de chez Grosperrin. Peut-on imaginer des sushis avec cela ?A bientôt

loreta de la plata 11/10/2008 19:35

il est sympa didier, il nous donne la commande des autres...