Appris Cadieu... (jeu de mots)

Publié le par brulé

Je ne suis pas un « pointu » en cuisine et ne l’ai jamais été, mais la gastronomie reste mon principal hobby. D’ailleurs l’immense majorité de pognon y passe . Mes amis ont donc tout naturellement eu l’idée de nous offrir à moi et ma « moitié » un déjeuner chez Christophe Cadieu (St Savin), cadeau que nous avons validé dimanche dernier. Autant la table de Richard et Laure Toix (P&G) nous avait conquis par deux fois, autant celle de Cadieu nous était encore totalement inconnue.

Comme je ne sais pas commenter avec talent et justesse les tables où nous allons régulièrement dîner et que je n’avais pas fait preuve d’une grande technique lors de mon article chez les Toix, j’en resterais à un principe basique : Le j’aime/j’aime moins, ce qui donnera finalement un point de vue uniquement personnel mais que ma « moitié » a plutôt partagée…

 

J’ai aimé :

-         Le cadre confiné, aménagé et décoré avec goût, riche en couleurs et chaleureux. L’endroit respecte l’intimité d’un repas en tête à tête tout évitant d’étouffer.

-         Les plats (dans un sens général) et leur enchaînement, ni trop lent (juste un peu d’attente au départ) ni trop rapide (4 heures en tout). Une cuisine fine, fraîche, digeste, aromatique qui fonctionne à chaque plat par duo (chaud/froid) d’interprétation.

-         Le service de Madame Cadieu (il me semble…), sympathique et détendu.

-         Le rapport Qualité/prix (surtout lorsqu’on intègre les quantités qui sont plutôt impressionnantes, même parfois trop importantes pour un moineau comme moi) ex : Le lièvre à la Royal, tout simplement fabuleux et très copieux !!

 

J’ai moins aimé :

-         La carte des vins (vous allez dire que je suis maniaque) qui n’est vraiment pas à la hauteur d’un macaron Michelin (Une seule référence intéressante par région, ça ne laisse vraiment pas beaucoup de choix au buveur de vins natures…) ce qui freinera à coups sûrs un dîner en compagnie de plusieurs passionnés de vins… dommage.

-         Le manque d’assurance du jeune personnel qui donne un côté crispé au service (mais j’avoue que je suis un peu chiant là..) ce qui fait aussi la différence entre les « bons établissements » et les établissements éblouissants..

 

Au final, nous avons passé un excellent dimanche à cette table fort recommendable. Expérience que nous réitèrerons volontiers mais plus en couple qu’entre amis. En effet, mes amis sont aussi de généreux buveurs atteints de la même maladie vinique que moi…

 

Publié dans lefruit.defendu

Commenter cet article

PbS 26/11/2008 16:58

C'était du vrai lavage de cerveau (mais avec du bon vin) ce samedi soir. On a toujours la chanson au bord des lèvres. Il y avait aussi : "Elle aime à rire, elle aime à boire, elle aime à chanter comme nous..."
So good with best friends and starest wines...

le rédacteur 26/11/2008 09:04

@ Coccinelle: le vin est au coeur de la gastronomie et pour moi "un bon repas sans vin est une journée sans soleil" , d'où mon attachement à ce produit..
@LO: ho oui, fêté à plusieurs reprises notament le samedi soir au pince lors d'une soirée mémorable... Pour ceux qui avaient oublié le fil conducteur de la soirée, petit extrait: "t'as pas voulu chatouiller mon lézard, t'auras pas de pinard, t'auras pas de pinard !!!"
 

Coccinelle 25/11/2008 23:26

Je croyais que ton principal hobby, c'était le vin ;)Mais bon c'est vrai que la gastronomie inclu le vin :)

LO 25/11/2008 20:23

Un anniversaire dignement fêté alors !