Le Fruit de 3 ans...

Publié le par brulé


3 ans déja !!!
Le Fruit fêtera ses 3 ans dans quelques jours, le Samedi 27 juin.
Pour cela, comme le veut la coutume, un casse-croûte vigneron viendra combler les appétits les plus féroces et les soifs les plus sévères.

Comme invités confirmés cette année:
Lise et Bertand Jousset de Montlouis/Loire (indre et loire)
Noëlla Morantin et Laurent de Touraine (Loir et Cher)
Christophe Foucher de la planète Lunotte (système solaire)

Casse-croûte-dégustation: de 11h à 15h
Découverte des vins toute la journée.

Entrée libre sous réserve d'un bon esprit

Commenter cet article

dit "le grec" 27/06/2009 04:00

Samedi 27 Juin 2009....03h30
3 ans déjà...
Est-ce le temps qui passe trop vite, ou ne le laissons que trop rapidement couler entre nos mains?
Pas le sujet...
 
Voici déjà trois années qu'un homme aux convictions religieusement naturelles et authentiques a ouvert sa cave à Poitiers... le fruit défendu.
 
Au départ avec rien.
Et seul.
C'est souvent le cas lorsqu'on ouvre la voie, lorsqu'on envisage les choses de façons différentes des autres.
Des cavistes a Poitiers il y en a plein, de vrai cave je n'en connais qu'une.
Mais je m'égare.
Revenons trois ans en arrière...
Bien avant que la clim' ne soit installée, bien avant que la belle pancarte à ressorts indiquant le nom de la boutique au croisement de Burton ne soit, bien avant que le nom ne soit en passe de devenir une institution.
 
J'entre (on me gueule de rentrer je rentre), à l'époque Bruno revenait sur nos rivages, Stéphane entamait un virage, tout deux avec une rage qui leur était commune (surtout celle de boire jusqu'à la dernière goutte toute boissons alcoolisées).
 
Pourquoi utilisé le mot rage?
 
Car c'est bien avec une certaine rage dans l'antre de cette modeste boutique que le gout a pris l'ascendant sur le nom, le contenu sur le contenant. Bien cette rage qui a creusé les sillons d'une philosophie, pas seulement celle du gout, celle du vrai.
 
Donc je rentre (on me dit de rentrer).
        -on boit un coup ou bien?
Le magasin me paraît petit, et certaines étagères sont vides.
Première bouteille de vin vidée(loin d'être la dernière), Stéphane est encore un peu défoncé de la veille, le plus étonnant avec Stéphane (et et croyez moi il y a énormément de choses étonnantes chez Stéphane) c'est que même beurré à mort, a courir à poil devant une caméra, a plaquer un tequel place d'arme,a traverser la moitié de la ville le chibre à l'air sortie de son jean, même incapable de parler hormis par de multiples gestes parfois compliqués, il garde de l'esprit: pour nous cela ne veux rien dire mais pour lui si...et ça c'est beau.
Eh bien la première fois que je suis rentré dans la boutique le fruit défendu, c'est bien là la chose qui m'a traversée l'esprit: ce gars qui vient d'ouvrir ici a de l'esprit, je ne comprends rien a se qu'il me dit mais c'est fait avec le coeur et l'esprit.
 
Je ne me souviens plus vraiment combien de bouteilles ont été descendues ce jour là, peu importe en fait, peu nous importait, peu nous importe toujours, l'important c'est de vivre.
 
Et trois ans on passé.
Il ya eu des coups de gueule, dans cette boutique et pas que sur le blog par lequel le professeur Grimonprez fait passer ses idées, passe parfois ses nerfs, passe parfois les bornes....n'outrepassant jamais ses droits mais faisant naître un débat aussi bien propre au personnage qu'à la société à savoir: l'authenticité contre une société de consommation, le vrai  plutôt que l'artifice d'un liquide rouge a qui l'on donne la dénomination de "vin" après qu'il soit passé par une multitude de procédés chimiques non naturels.
 
Il faut rendre hommage aux personnes qui sont là trois ans après...rendre hommage aux personnes qui tiennent bon la barre, et qui disent: non moi je ne veux pas faire comme tout le monde.Car la cave le fruit défendu est venue de ça: je ne veux pas faire comme tout le monde, le vin n'est pas seulement que se que l'on trouve dans les supermarchés.
 
Et trois années se sont écoulées.
 
J'ai entendu dire, ici et là, que cela n'était que l'effet de mode du bio. Si ce n'est que la cave à été ouverte bien avant cet "effet de mode" comme il est appelé, et qu'elle sera ici bien après que la mode ne soit passée. lorsque les gens  se lasseront d'avoir bonne conscience en achetant des produits sortit de terre par les hommes et se retourneront vers les usines qui veulent nous faire croire que l'hiver est la saison des tomates, et que, après tout, on s'en fout bien d'avoir de la viande piquée au fuel du moment que ça a la gueule de la barbaque et que ca se bouffe.
 
Ce genre de choses s'arrêtent au pied de la porte vitrée de laquelle on peut apercevoir de la rue la silhouette de William.
 
Pas à pas, le petit caviste a su forcer le respect de ses aînés.
Chaque bouteille est une partie de vie offerte par les vignerons. Le vin n'est pas que du raisin pressé fermenté, c'est une façon authentique et lucide de vivre. Car aimé le vin c'est aimé s'enivrer, c'est aimer prendre le temps de s'enivrer, mais c'est également faire preuve de respect et d'humilité. C'est aimer la vie, aimer ses amis autour d'un bon casse croute ou d'un repas.
 
William est un surdoué, un cérébral, aussi secret que ses vins, mais aussi généreux que ces derniers lorsqu'on prend le temps de les apprécier
 
Le professeur ne vend pas de vins, il vend de la vie.
 
Voici se que j'ai retenu du fruit défendu et de son propriétaire.
 
je ne vous dirait pas combien de bitures j'y ai pris, une chose est sure c'est beaucoup plus que beaucoup de personnes, mais c'est certainement moins que d'autres... ceux là se reconnaîtront...
Il reste bien des débats a avoir ici bas, bien des idées a développées, et si l'authenticitée va de paire avec le succès, il n'y aura alors qu'une chose a faire les années a venir: les savourées. Car il n'y a bien que le fruit défendu qui peut arrêter le fruit défendu.
 
Le diable est bien sur terre mais certainement pas dans le vin...
 
Bon anniversaire le fruit
 
Ps: il est un peu tard désolé pour les fautes d'orthographes...03h43