Concours

Recommander

Catégories

Jeudi 19 janvier 4 19 /01 /Jan 11:56

Bonjour à tous !!!

Nous avons l'immense joie de vous annoncer notre nouvelle implantation au 86 rue de la Cathédrale à Poitiers !!! toujours en Centre ville, dans le quartier du marché Notre Dame où nous aallons ouvrir d'ici quelques jours notre "espace détente" avec service de vin au verre et petites restauration ( charcuteries artisanales, fromages ... etc) ouvert le soir en fin de semaine ....

j'en profite pour vous adresser tous mes voeux pour cette nouvelle année !!!

Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 10 septembre 4 10 /09 /Sep 10:41
c'est décidé, je lance un nouveau concept: l'article éphémère!!
Aprés plusieurs bugs survenus lorsque je publie un nouveau post (articles précédents qui sautent, articles en brouillons non sauvegardés...etc) j'ai décidé d'y prendre goût et ne laisserais mes articles que quelques heures ou au plus quelques jours sur ce blog. ils apparaîtront, puis disparaîtront sans explication. Je brûlerais chaque page que j'écrirais, je ne mettrais au monde que des articles morts-nés, j'enchainerais les infanticides tel un sérial blog killer...
Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Mardi 11 août 2 11 /08 /Août 15:14

Je me répète souvent (au risque d’être lourd) mais j’estime que les vins de la famille Courtois n’ont aucun équivalent. Qui peut se permettre de parler de vin s’il n’a pas un jour goûté aux vins magiques de cette famille pour le moins atypique ? Des vins électriques, iodés et énergisants : une vrai cocaïne liquide. Qui n’a pas dans sa cave une bouteille de Courtois a raté sa vie, et peu importe à quel âge.

Ayant du temps à perdre (ou à gagner), je me suis dans l’idée de relever l’impossible : commenter un vin de Julien Courtois. Entreprise périlleuse et idiote car elle fait plus appel au sensations physiques et spirituelles que gustatives. Les arômes c’est pour les beaufs, l’essentiel est dans le ressentit, dans le sursaut que les vins procurent. Quand la salinité passe dans vos veines et le long de votre colonne vertébrale vous ne considérez plus ce vin comme un simple produit gastronomique mais comme une véritable drogue dure. Dure comme un silex. Elément Terre, puisque c’est son nom, vous saute au nez. Enfermé dans sa bouteille, bien trop étroite pour la grandeur de ce vin, il se jette à vous comme Rendhal (le chien de Dirlo et Dirlotte) le matin au p’tit dej. Un peu comme s’il ne vous avait pas vu depuis plusieurs semaines. Cerise, poivre, zestes de pamplemousse, iode, certes mais ce qui vous monte au nez ne relève pas de l’arôme, c’est une sensation physique. Le courant électrique grimpe le long de la cloison nasale pour atteindre directement le cerveau, commandant à votre corps d’hérisser illico presto tous les poils de vos bras. A côté de ça le Grand Echezeaux qu’Oncle Roger ouvre le dimanche midi fait bien pâle figure. De quoi convaincre un héroïnomane de changer de came sur le champ.

Ensuite, c’est l’explosion, voire l’implosion. Car le vin reste bien centré sur la langue, s’étirant de tout son long, dans la gorge, l’œsophage pour finir sa course dans votre dos, coulant de la nuque à la raie des fesses. Bref, un vin qui s’exprime là où aucun dégustateur conventionnel ne regarde : dans les recoins les plus sensuels du corps.
Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Lundi 10 août 1 10 /08 /Août 23:26

 

Les déceptions se suivent et se ressemblent, bizarrement.
Mes amis ne sont pas « touchés » par Billie Holiday, disent-ils. Un vrai scandale ! Refuser d’être touché par la grâce est incroyablement pathétique. Comment ne pas être empoigné par la voix, que dis-je la vibration de Billie ? C’est ressortir de la chaise électrique sans avoir eu le moindre tremblement…Après réflexion ça y est je le sais, il faut être soit sourd, soit amputé du cœur… cherchez l’erreur.

Tel un car de touristes allemands (décidement) devant les plus belles pyramides d’Egypte, ils n’ont pas compris qu’écouter Billie Holiday n’était pas une opportunité mais une chance qu'ils ne mesurent pas.

Mais amis s’entêtent à n’écouter que des musiques faites pour être entendues (au mieux) et tapées du pied. Je leurs dis de « ressentir » mais ils ne font qu’ « entendre » ce qui ne les arrange pas.

Pauvres oreilles, être privées de lien avec le cœur, c’est la séparation des frères siamois : il y en a toujours un sur les deux qui succombe. 

Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 10 juillet 5 10 /07 /Juil 10:09
Tribute to Rebecca and Jefe


Je me demande parfois à quoi peut bien servir ce blog. Et bien maintenant je sais : à trouver un appartement ! Dans une période compliquée à gérer pour moi, le hasard frappe et il frappe au bon moment et au bon endroit. Je prend donc le relais locatif de nos amis américains bloggeurs, Rebecca et Jefe http://arideaday.blogspot.com/ qui naviguent vers d’autres horizons. Merci au hasard et merci à nos amis bloggeurs à qui je souhaite un avenir rayonnant…

PS : Merci également à Albert London, Dirlo et Dirlotte pour leur soutien matériel indispensable.

Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 23 juin 2 23 /06 /Juin 17:10

Courtois's home
les cailloux du Paradis
balade dans le "jardin" de Courtoisie
Long ... trés longue pause Miam.
la vieille presse
"Chais" Juju.
le "machin" à bulles...
Tiens, un Nardo ...
Le chien aboie, la caravane...

le saint graal
Pbs en pleine concentration
Maison solognote? Non, Courtoise.
repos bien mérité...

Deux fois que nous nous rendons chez les Courtois et toujours pas d'explication à la "magie" qui anime leurs vins. Les produits sont simplement hors du commun et pour l'instant inégalés. On produit ici les vins les plus mystérieux et les plus addictifs que j'ai eu l'occasion de rencontrer dans ma petite vie...

Merci encore à toute la famille pour l'accueil famillial qu'ils nous résèrvent chaque fois.
Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 18 juin 4 18 /06 /Juin 19:13

Une petite polémique bloggistique chez notre camarade Olif autour de La Revue du Vin de France a fait émerger des commentaires très réjouissants et pleins de vérité. Je vous relate quelques extraits du commentaire d’Emmanuel Delmas, sommelier au Fouquet’s et représentant d’une nouvelle génération de sommeliers actifs sur Paris et en province dans quelques étoilés Michelin : 

« La RVF ? Je préfère ne pas en parler, car je n'ai point envie de me mettre à dos, ces pseudos journalistes du vin, incapables de rester indépendants dans leurs jugements »

« la RVF préfère s'offrir des étiquettes poussiéreuses, rassurant le lecteur lambda bien naïf. Finalement, les Bordeaux, surtout les grands crus sont toujours merveilleux, et les Champagnes sublimes...Etiquettes assimilées ici aux journalistes...vous l'aurez compris.
Alors, que nous savons, tous, nous réels passionnés que ces vins ne sont plus des vins, mais des jus de planches d'un côté, et des jus de bulles agressives, acerbes, et acides de l'autre. »

« D'ailleurs, je ne mets plus franchement en avant les vins de Bordeaux, jamais de Champagne ! Ne pas parler de ce que l'on aime plus. »

« Certes, quelques journalistes, encore trop rares, sont capables de discernement, mais ils n'arrivent pas à cacher la misère de ceux qui ont osé vendre leur âme au diable. Et des noms, des preuves, croyez-le, j'en ai.. »

Au début, j’ai cru halluciner, mais ça confirme ce que je pensais d’Emmanuel Delmas : quelqu’un qui fait avancer peu à peu les mentalités dans les grandes maisons (étoilés Michelin) où l’on ose encore afficher une (trop) longue liste de Bordeaux sans âme et où l’on rechigne pour telle ou telle raison à proposer des vins pour les passionnés de vins.

Bravo Delmas, quand c’est moi qui gueule, ça n’a pas beaucoup de portée mais quand c’est vous, cela peut raisonner très loin…

 

Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 18 juin 4 18 /06 /Juin 10:21

3 ans déja !!!
Le Fruit fêtera ses 3 ans dans quelques jours, le Samedi 27 juin.
Pour cela, comme le veut la coutume, un casse-croûte vigneron viendra combler les appétits les plus féroces et les soifs les plus sévères.

Comme invités confirmés cette année:
Lise et Bertand Jousset de Montlouis/Loire (indre et loire)
Noëlla Morantin et Laurent de Touraine (Loir et Cher)
Christophe Foucher de la planète Lunotte (système solaire)

Casse-croûte-dégustation: de 11h à 15h
Découverte des vins toute la journée.

Entrée libre sous réserve d'un bon esprit
Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 9 juin 2 09 /06 /Juin 15:11

Mon copain Thierry, ayant pu se rendre chez Lise et Bertrand Jousset a ramené tout un tas de p'tites choses à goûter...

Bu:
. Saumur blanc d'antoine Foucault 2006: Pur, droit, du ch'nin du vrai comme on l'aime. il vous emmène sur un fil...
. Saumur blanc, d'antoine Foucault, Charpentrie 2006: Le nez est encore marqué par l'élevage, mais parraît intense. Me rappelle le Brézé de Guiberteau, magnifique de précision et de minéralité. Un grand vin mais semble élaboré pour plaire à tous. Et pour les autres alors?
. Chinon, Nicolas Grosbois, Clos du Noyer 2007: ... ... ... .. ... ... c'est rond.  Soit c'est moi qui vais pas bien, soit c'est le vin.

PS: Réactions sur le tar, qui ne reflètent certainement pas une vision totalement objective.
PS2: L'"élément Terre" 2007 de Julien Courtois bu samedi fait apparament souffrir pas mal de vins cette semaine...

Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 6 juin 6 06 /06 /Juin 10:46

 

il faut sauver le rosé, non pas des parlementaires européens qui veulent permettre son élaboration par assemblage (de rouge et de blanc) mais des imbéciles qui se scandalisent d’une telle décision. A travers toute la presse et les blogs se succèdent les indignations des soit-disant protecteurs du bon goût (Périco Légasse dans Marianne, hilarant). J’avoue qu’une telle polémique m’a au départ amusé, puis commence sérieusement à m’énerver tant personne n’ose dire la triste vérité.

Premièrement, les assemblages blanc/rouge sont déjà autorisés en Champagne et cela ne choque personne.

Deuxièmement, la liste des additifs autorisée dans le vin (à quant une liste des ingrédients sur les bouteille ? ce jour là nous rigolerons bien) ferait hurler toute la communauté ignaro-bien-pensante qui se scandalise aujourd’hui d’un simple assemblage entre deux vins. Dites la vérité ou renseignez vous si vous l’ignorez : sont ajoutés dans la plupart des vins industriels ou faussement artisanaux : acides, gommes, tanins, sucre, levures sèches, SO2 …(en tout une centaine de d'additifs) sans que personne (à part nous et quelque uns) ne s’en émeuve. Sans compter tous les traitements phyto appliqués dans le vignoble (produits dont il a été démontrés qu’ils se retrouvent chaque fois dans le vin) où bien souvent, plus rien ne pousse.

Troisièmement, il me semble que le mauvais blanc et le mauvais rouge, c’est à dire ceux issus de rendements démesurés, aux vignes sur-traitées, vendangés à la machine, aux très/trop nombreux additifs chimiques ont une place confortable sur le marché et sont consommés par la plupart des français (oui, vous !) sans que ceux-ci trouvent quelque chose à y redire. Je met donc ma main à couper que ces mêmes consommateurs (encore une fois, l’immense majorité) habitués à boire sans se poser de questions n’y verront que du feu lorsqu’un rosé d’assemblage se trouvera dans leur verre.

Produire de la merde est permis depuis toujours et l’immoralité de la grande distribution aussi. C’est le consommateur (vous) qui est responsable, c’est lui qui, continuant envers et contre tout à pousser son chariot dans ces couloirs de la mort motive les industriels à produire toujours plus mauvais et toujours moins cher.

 

Par brulé
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Recherche

Texte Libre

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés